Retour sur la conférence MIRA de Pierre-Olivier Monteil 17.10.2019

Le 17 octobre, MIRA accueillait Pierre-Olivier Monteil, consultant en sécurité, pour une conférence portant sur les métiers de la sécurité et le marché de la sûreté. 

Après 21 ans dans la Marine, Pierre-Olivier MONTEIL décide de se reconvertir dans le domaine de la sécurité privée, où il a travaillé pour des entreprises telles qu’ENGIE, ALSTOM, MONDI GROUP, Amarante International ou GEOS. Actuellement, Pierre-Olivier MONTEIL exerce en tant que consultant en sécurité auprès de diverses entreprises.

Les métiers de la défense

La première partie de la conférence fut consacrée aux métiers rattachés au Ministère des Armées. Les composantes du Commandement des Opérations Spéciales, de l’armée conventionnelle et des services spéciaux furent présentées. Pour ce qui est du COS, il est placé sous l’autorité du chef d’Etat-Major des armées et sous l’autorité directe du Président de la République française et il rassemble l’ensemble des forces spéciales des différentes armées françaises, à savoir le 1er RPIMA (Armée de Terre), le CPA 10 et le 13ème RPD (Armée de l’Air), les Commandos Marine (Marine Nationale) ainsi que, occasionnellement, le GIGN. L’armée conventionnelle comprend quant à elle la DRM, la DRSD et, plus généralement, différents corps de l’Armée de l’Air, de l’Armée de Terre et de la Marine Nationale. Enfin, les services spéciaux renvoient à la DGSE et à la Direction des Opérations.

Des métiers périphériques amènent également à travailler dans le secteur de la défense. Sont concernées l’industrie de la défense, les start-up spécialisées dans les drones, le hacking ou encore la chimie, les ONG, l’aviation privée ou encore la réserve opérationnelle. Ces organismes sont en effet souvent sollicités par le secteur de la défense.

La sécurité privée

La deuxième partie de la conférence fut ensuite centrée sur la sécurité privée. Le secteur de la sécurité privé est en plein essor et il existe une myriade d’entreprises sur le marché de la sécurité. Ces entreprises de sécurité privée comprennent divers métiers et experts. Parmi les principaux métiers, on trouve :

  • Les experts sûreté réalisent des audits de sûreté, aident et assistent les clients dans le cadre d’une crise annoncée ou avérée, construisent des plans de sûreté, des procédures et des plans d’évacuation et leur apportent une connaissance des aspects socioéconomiques, culturels et humains du milieu. 
  • Les experts en sureté portuaire, sécurité maritime et contre-piraterie analysent les risques et évaluent le danger que représente un déplacement de bâtiment marchand en zone de piraterie ou encore analysent le risque qui existe au sein d’un port en termes de sécurité et de terrorisme. 
  • Des ingénieurs font également partie de ces entreprises de sécurité privée et ont pour mission de concevoir des bâtiments afin que ceux-ci soient les plus résistants possibles. 
  • Les analystes apportent un soutien géopolitique aux agents en mission depuis les bureaux de l’entreprise. Chaque analyste s’occupe d’une aire géographique. D’après Pierre-Olivier MONTEIL, c’est le métier qui correspond le mieux à un profil de type étudiant en Relations Internationales à Sciences Po. Pour preuve, Amarante a un pôle analyste dirigé par une ancienne étudiante de Sciences Po Paris.

Les clients de la sécurité privée proviennent à la fois du secteur privé et du secteur institutionnel. Le recours à une entreprise de sécurité privée étant une opération onéreuse, les grandes entreprises sont les clients les plus importants. Les entreprises de sécurité privée sont souvent sollicitées pour des projets « oil and gas » en raison de l’importance de l’enjeu, ces ressources étant très convoitées, et de l’impératif de continuité du business. Enfin, bien que cela soit plus rare, des ONG telles que le Comité International de la Croix-Rouge font également appel à ce type d’entreprises.

Les missions des entreprises de sécurité privée sont orientées par les besoins des clients, l’impératif de continuité de l’activité et le « Duty of care » c’est-à-dire l’obligation pour les dirigeants d’entreprises ou d’institutions de veiller à la sécurité de leurs employés en toutes circonstances. L’objectif est donc triple ; former, informer et accompagner le client. 

  • Formation : La formation des collaborateurs en déplacement est une obligation pour l’employeur. Pour évoluer dans des zones inconnues, la familiarisation avec les codes culturels locaux est une nécessité. Cela va passer notamment par une formation géo-spécifique, une formation aux comportements de sûreté, une formation « kidnap & ransom » ou encore une formation en profilage et analyse de comportement.
  • Information : Les clients doivent avoir un suivi de situation du milieu. Des newsletters, fiches-pays, alertes en temps réel, partages d’analyses vont être mis en places à destination du client. 
  • Accompagnement : Il va s’agir de protéger le client en cas de danger. Des security managers, gardes du corps et experts vont être mis à la disposition du client sur le site et à distance.

En somme, l’objectif des personnels de la sécurité privée, c’est d’assurer la protection des biens et des personnes, de préserver les technologies et l’information des entreprises et de protéger dans la durée les investissements et le patrimoine de leurs clients.

Pauline GUERECHEAU-DESVIGNES

Retour sur la conférence MIRA de Dominique Perreau du 10 octobre 2019

MIRA accueillait le 10 octobre 2019 à Sciences Po Strasbourg Dominique Perreau, ancien ambassadeur de France en Corée du Sud, au Sénégal et en Gambie.

Quelques mots sur le parcours de Dominique Perreau

Monsieur Dominique Perreau a un parcours qualifié d’atypique. Celui-ci commence dans le domaine scientifique notamment en faisant Math Sup/Math Spé à Versailles. Après l’École des mines de Paris, il passe par Sciences Po Paris pendant deux ans. Il effectue son service national à Dakar au cabinet du ministre du plan et de l’industrie. Ensuite, il poursuit son parcours en intégrant la Société d’études pour le développement économique et social. L’année 1981 est un tournant lorsque Michel Rocard demande à Dominique Perreau de rejoindre son cabinet. Ensuite, il intègre en 1989 le cabinet des ministres plénipotentiaires. L’année suivante, il se rend à Dakar en tant qu’ambassadeur du Sénégal et de la Gambie. Puis devient ambassadeur en Corée du Sud. En 1999, Dominique Perreau est nommé Directeur économique à l’administration centrale de Paris aux affaires économiques et financières. En 2002, il décide de quitter l’administration centrale et est nommé ambassadeur représentant permanent auprès de l’OCDE. Par la suite, il devient gouverneur pour la France de la Fondation Europe-Asie. Enfin, il quitte les ministères et crée la société DP Associates.

La diplomatie selon Dominique Perreau

Il est possible d’entrer aux Affaires étrangères à tous les âges, à tous les niveaux et les carrières y sont très variées. Les ambassadeurs changent souvent de pays tous les trois ou cinq. Cela permet ainsi de se focaliser sur des enjeux différents et de découvrir un nouveau pays, mais aussi d’essayer de convaincre de nouveaux interlocuteurs. L’accès au ministère des Affaires étrangères se fait par le biais de différents concours : le concours d’entrée de secrétaire aux Affaires étrangères (ou secrétaire adjoint aux Affaires étrangères) avec un cadre général et un cadre d’Orient, le concours d’entrée au niveau de conseiller et le concours d’entrée au niveau de ministre plénipotentiaire.

La situation géopolitique en Chine

Depuis plus de quarante ans, la Chine connaît une croissance. Bien qu’elle se soit ralentie, cela a eu un impact considérable sur le monde globalisé. En termes de PIB, elle a dépassé le Japon et les États-Unis, et devient donc la première puissance économique mondiale. L’ouverture de la Chine à l’économie de marché et son adhésion à l’OMC a favorisé son développement. En effet, le PIB/habitant est passé de 200$ à 8200$ et, 700 à 800 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté. La Chine est un pays qui fascine concernant son émergence mais elle présente tout de même certaines fragilités. Elle a une population vieillissante dû à la politique de l’enfant unique. De plus, elle doit faire face à un défi écologique manifeste mais aussi à de forts clivages au sein de la société. Cependant, la combinaison actuelle du parti communiste chinois avec une économie de marché fonctionne.

Que fait la Chine en Afrique ? Pour répondre à cette question, deux interprétations de l’action de la Chine se confrontent. La première montre qu’elle cantonne l’Afrique dans son rôle d’exportateur vulnérable de matières premières. Tandis que la seconde présente le fait qu’elle facilite la mutation économique du continent africain. La première interprétation est fondée car en effet la Chine a besoin des hydrocarbures et sécurise donc ses approvisionnements dans plusieurs pays africains. Elle passe certains accords en y construisant les ports, les voies d’accès et en échange elle a un approvisionnement en hydrocarbure. La présence chinoise est assez ambivalente car elle favorise la création de contrats opaques, c’est-à-dire que les travailleurs chinois viennent sur place en trop grand nombre entraînant un dumping social et aussi un dumping environnemental. Cependant, l’aide chinoise à relayé une aide occidentale qui était jusque là déclinante.

La Chine est l’usine du monde. En effet, il s’agit du pays déposant le plus de brevet par an démontrant un niveau intellectuel et surtout un niveau de recherche remarquable. Il est donc important de trouver des partenariats intelligents avec eux.

La situation géopolitique du Japon

Le Japon est en déclin démographique à cause du vieillissement de la population. La raison principale est le refus de tout type d’immigration dû à une volonté de “pureté raciale”. Le Japon connaît aussi une perte du leadership économique et technologique, entraînant un repli identitaire. Dans beaucoup de pays asiatiques, se trouve une certaine rancoeur anti-japonaise. Et après la Seconde Guerre mondiale, les autorités japonaises n’ont pas trouvé les mots ni su faire les gestes pour apaiser cette rancoeur.

La situation géopolitique de la Corée du Sud

Entre 1950 et 1953 a eu lieu une guerre locale avec des centaines de milliers de morts. La signature de l’armistice ne signifie pas la fin du conflit. La Corée du Sud par la suite prospère et, devient le dixième pays industriel du monde. L’observation de Dominique Perreau est qu’il n’y a pas de fatalité du sous-développement et qu’un pays pauvre avec l’intelligence du travail, des investissements ciblés, et une qualification industrielle peut devenir un pays industriel mondial. De nouvelles tensions sont présentes dans la région avec les essais nucléaires de la Corée du Nord mais aussi avec la rencontre entre le président Donald Trump et Kim Jong-un. Plusieurs scénarios pourraient se dessiner :

  • une implosion du régime nord-coréen entraînant une déstabilisation de la péninsule;
  • une ouverture progressive de la Corée du Nord permettant un développement économique et une ouverture politique;
  • la Corée du Nord reste fermée et la Chine prend ses distances.

Chatuni KUMARAGE

Retour sur la conférence de l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine : “UE/Afrique : relation inégalitaire ou en voie de renouvellement ?”

Par Louise Herbaut, étudiante du M2 NEI

C’est dans un cadre d’exception, au Parlement européen de Strasbourg, que s’est tenue mercredi 16 octobre une conférence-débat autour de la relation Europe-Afrique. Animée par l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine, qui a vu le jour en décembre dernier, la conférence soulevait la problématique suivante, UE/Afrique: relation inégalitaire ou en voie de renouvellement ? et se structurait autour de quatre grands axes de réflexion : le partenariat économique UE-Afrique, le mode de gouvernance de l’Union africaine, les politiques migratoires et les partenariats universitaires entre les deux continents.

Rassemblant à la fois des acteurs politiques, gouvernementaux, économiques et représentants de la société civile, la conférence s’est déroulée en deux temps. Trois invités étaient mis à l’honneur durant la première partie du débat afin d’exposer leurs points de vue sur les différents sujets. Il s’agissait de M. Serigne Ndiaye, Conseiller du Président de la Commission de l’Union africaine, de M. Patrice Anato, député français membre de la commission des Affaires économiques et de la commission des Affaires européennes et de M. Luis Martinez-Guillen, chef du bureau d’information du Parlement européen. Le débat fut ensuite ouvert dans un deuxième temps à l’ensemble des participants, membres du public.

Si les intervenants se sont accordés sur la nécessité d’accompagner ensemble la dynamique économique du continent africain, présenté comme le continent de demain, des divergences apparaissaient sur le rôle que l’Union européenne et plus largement les pays développés doivent jouer en Afrique. Ainsi l’aide publique au développement a été fortement critiquée par de nombreux intervenants, dont une ancienne employée de la Banque africaine de développement qui soulignait en contrepartie l’importance des fonds d’investissement pour répondre à des besoins plus spécifiques. Un des défis majeurs du continent africain sera ainsi de mieux faire correspondre les offres avec les demandes d’emploi, en ciblant davantage les besoins de chaque secteur d’activité afin d’éviter les fuites de cerveau. Le décalage entre les taux de croissance à deux chiffres de certains États africains et les taux extrêmement élevés de jeunes chômeurs fut à plusieurs reprises pointés du doigt. Plusieurs idées novatrices furent évoquées afin de permettre à la jeune Afrique de prendre en main son destin, telles que la création d’universités numériques, la mise en place de formations courtes spécifiques à certains secteurs d’activité etc.

Concernant la question de la gouvernance de l’Union africaine, nos trois invités s’accordaient à dire qu’il n’est pas possible de reproduire le modèle de l’Union européenne en Afrique, le continent africain n’ayant pas connu les mêmes expériences, la même culture. L’Union africaine se doit de puiser dans l’histoire même du continent africain afin de renforcer son ancrage, et non dans l’histoire de l’UE. Le point de départ pour renforcer l’Union africaine serait ainsi de mettre en place une élection démocratique directe du parlement et de rendre plus transparente la répartition du budget de l’UA. Un des défis plusieurs fois évoqué des États africains sera de bannir le « court-termisme » pour reprendre les termes de M. Ndiaye et de se projeter davantage vers des perspectives de développement à long terme.

En somme, l’Union européenne se doit d’accompagner la dynamique de développement de l’Afrique sur le long terme, mais il est nécessaire de repenser plusieurs aspects de la coopération à court terme, afin de collaborer sur les bases d’un équilibre plus sain. M. Anato a ainsi utilisé un terme original pour qualifier ce que devraient être les futures relations entre l’Europe et l’Afrique, à savoir une relation de « co-pétitivité », collaborer pour mieux affronter la compétitivité internationale. Espérons que cet avenir conjoint sera prospère. La suite au prochain épisode.

Compte rendu de la conférence du délégué à la question des Droits de l’Homme au Haut Karabagh le 7 octobre 2019

The Republic of Karabagh declared its independence in 1991 after the dissolution of the USSR but has never been officially recognized by the international community. Artak Beglaryan represents his country as a politician but also as a victim of the international conflict since he was blinded by a landmine at age 6. 

            Even though the State of Karabagh was part of Azerbaijan during the Cold War, it has always been a territory in dispute, searching for its autonomy and rapprochement with Armenia since the two share a strong cultural background. For sixty years Azerbaijan conducted an anti-Armenian policy leading to massacres and war against Armenia from 1988 to 1994, thus isolating Karabagh even more as it is a landlocked country. 

            Because of this troubled History, the goal is now to secure the country as much as possible since there are still permanent threats called by Azerbaijan. It triggered a war for four days in April 2016, in hope of reconquering Karabagh’s territory, targeting civilians and violating international law. Furthermore, the neighbouring countries don’t seem to plan a deescalation of the tensions. Turkey holds a very destructive position against Karabagh, as it actively supports Azerbaijan’s policies. Iran on the other hand tries to remain neutral hoping to keep the Western nations at bay from its territory. 

            Even though a mediation process is ongoing with the help of France, the US and Russia, results are still non-existent. According to Artak Beglaryan the international community has a responsibility in the matter. But the UN position mainly stresses three main principles (Settlement based an auto determination of the people, respect of its territory, unacceptability of war) while failing at providing any serious framework to settle the conflict. 

Artak Beglaryan délégué à la question des Droits de l’Homme au Haut Karabagh

Report: Juliane Barboni

1ère séance séminaire sciences sociales de l’international

Ce séminaire interdisciplinaire, animé par Emmanuel Droit et Florent Pouponneau, au carrefour de l’histoire et de la sociologie des relations internationales, se veut un lieu de discussion et de diffusion des recherches qui abordent des objets de l’analyse des relations internationales à partir des méthodes, des concepts et des outils des sciences sociales. Il entend aborder et revisiter des problèmes, des enjeux et des questions centrales des sciences sociales en déconstruisant toute une série de faits et en étudiant les processus de fabrication des politiques étrangères, le fonctionnement des institutions internationales, les stratégies des acteurs transnationaux, ou encore la circulation internationale des idées, de normes ou de discours relevant de l’expertise. La présentation des enquêtes, récentes ou en cours, accordera une place particulière à la question des stratégies de recherche déployées, car les terrains explorés sont souvent difficiles d’accès.

Le séminaire souhaite rassembler, autour de tous les chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés, des étudiants de Master 1, de 4ème année de Sciences Po Strasbourg et de Master 2.

Il se tiendra les mercredis de 18h à 20h à l’espace Schoepflin.

Six séances sont prévues au cours de l’année 2019-2020 (programme provisoire) :

– Mercredi 16 octobre Yves Dezalay, Directeur de recherche émérite en sociologie (CSE), « De Bologne à Shanghai: retour réflexif sur la sociologie du droit à partir d’une histoire inter-connectée des stratégies des notables du droit dans les luttes impériales »

– Mercredi 13 novembre Sylvain Dufraisse, Maître de conférences en histoire, Université de Nantes (CENS), « A la croisée des blocs : l’insertion paradoxale de l’élite sportive soviétique dans le monde sportif international »

– Mercredi 20 novembre Marielle Debos, Maîtresse de conférences en science politique, Université Paris- Nanterre (ISP), « L’invention du marché de la biométrie électorale en Afrique »

– Mercredi 4 décembre Julien Pomarède, post-doctorant en science politique, Université libre de Bruxelles (REPI), « Enquêter sur le contre-terrorisme à l’OTAN : Observation participante et leviers méthodologiques du secret de sécurité »

– en janvier, Karine Ramondy, docteure en histoire (Université Paris 1) nous présentera son travail sur l’assassinat des leaders africains au tournant des années 1960.

Conférence inaugurale 2019 Master Relations Internationales

La conférence inaugurale 2019 du Master Relations Internationales aura lieu le lundi 30 septembre à 18h à la MISHA (salle de conférence) 5, allée du Général Rouvillois

Cette année, Wolfgang Schäuble, président du Bundestag, interviendra sur le thème

“L’Europe dans un monde incertain 30 ans après la fin de la Guerre froide”.

La conférence se déroulera en allemand avec traduction simultanée.

Pour des raisons de sécurité, l’accès dans la salle se fera à partir de 17h.

Admissions Master RI 2019-2020

Les candidatures au MASTER 1 Relations internationales et aux MASTER 2 MOND, FRONT et NEI se font entièrement de manière dématérialisée via le serveur e-candidat.

Les candidats doivent vérifier, avant de déposer leur dossier, qu’ils satisfont aux prérequis propres à chaque formation (M1 ou M2).

Calendrier :

MASTER 1 (capacité d’accueil : 50 places) :

  • ouverture du serveur du 22 avril au 15 mai 2019.
  • date de publication des résultats sur e-candidat : 21 juin 2019.
  • date limite de confirmation des admissions : 28 juin 2019.

Pour les trois MASTERS 2 (capacité d’accueil : 25 places chacun) et le Double Diplôme avec Louvain :

  • ouverture du serveur du 2 mai au 21 mai 2019.
  • date de publication des résultats sur e-candidat : 2 juillet 2019.
  • date limite de confirmation des admissions : 5 juillet 2019.

Candidatures pour le Double-Diplôme avec Glendon College closes depuis le 16 avril.

2nd Trilateral Forum Energy Security 25.03.2019

 

 Trilateral Forum

Global and International Studies

Current and Future global challenges to Energy Security

 

25 March 2019

13h30 – 18h30

Council of Europe (Room 8)

528 avenue de l’Europe 67 000 Strasbourg

 

 Energy Security has been recently at the centre of much policy debates in Western countries and of different international crisis in Europe. Since the Arab Oil Embargo of 1973 energy has been a weapon used by some countries in order to prove their existence at the international level.

Within the context of modern “risk societies” (U. Beck), the contemporary energy landscape is more and more complex and energy security is much broader and a more dynamic concept than in the 1970s. The European Union, Japan and the United States of America must address a multitude of challenges that need global responses: climate change, renewable energy, rising peak demand, new geopolitical rivalries.

How can we a secure energy framework at the global level? How can energy policy be more responsive to the environmental and socio-economic demands of our world?

 

Program

13.30-13.45: Addresses of welcome

  • Takamasa Sato (Consul General of Japan)
  • Felipe J Tello (Public and Cultural Affairs, US Consulat General)

13.45.-14.00: Prof. Emmanuel Droit(Sciences Po Strasbourg):  Historical Turn and Security Energy

14.00-15.00: Dr. Marc-Antoine Eyl-Mazzega(IFRI Paris): Energy Security in the Energy Transition: old Threats and new Paradigms

15.00-15.15: Coffee Break

15.15-16.15:Melissa Hersch (Hersch Consulting): Security Energy from a US perspective

16.15-17.15:Ichiro Kutani(IEE Japan): Global energy security risks; Japan’s perspective

17.15-17.30: Coffee Break

17.30-18.15: Final Roundtable Global Level and the Challenge of a secure Energy Framework

Inscription : Contact Emmanuel Droit dem@cmb.hu-berlin.de 

Rentrée de la Mention Relations Internationales

La réunion de rentrée de la Mention Relations Internationales – Master 1 Relations Internationales et les trois parcours du Master 2 – se tiendra le mardi 11 septembre à 10h en salle 216 à l’ensemble Saint Georges, 47 avenue de la Forêt Noire en présence de l’équipe pédagogique.

Et en soirée, un premier moment de convivialité pour faire connaissance : tous les étudiants de la mention (M1 et M2) sont conviés à un pot d’accueil Villa Knopf (10 rue Schiller) de 18 à 20h. Venez nombreux !

 

 

Admissions

Les candidatures au MASTER 1 Relations internationales et aux MASTER 2 MOND, FRONT et NEI se font entièrement en ligne, via le serveur e-candidat.

Les candidats doivent vérifier, avant de déposer leur dossier, qu’ils satisfont aux prérequis propres à chaque formation (M1 ou M2).

Calendrier :

MASTER 1 (capacité d’accueil : 50 places) :

  • ouverture du serveur du 22 avril au 15 mai 2019.
  • date de publication des résultats sur e-candidat : 21 juin 2019.
  • date limite de confirmation des admissions: 28 juin 2019.

Pour les trois MASTERS 2 et le Double Diplôme avec Louvain (capacité d’accueil : 25 places chacun) :

  • ouverture du serveur du 2 mai au 21 mai 2018.
  • date de publication des résultats sur e-candidat : 2 juillet 2019.
  • date limite de confirmation des admissions : 5 juillet 2019.