Retour sur le Forum de l’IHEDN au Parlement européen : “La France, puissance d’action, puissance d’influence”

Par Maxime Abou-Tara, François Brivot, Matthieu Caillaud et Bérangère Waille

Le vendredi 9 novembre 2018, se tenait au Parlement européen le forum des études de l’Institut des Hautes Etudes pour la défense nationale. Le thème retenu cette année : “La France, puissance d’action, puissance d’influence”. Quatre étudiants du M2 RI y étaient.

« Le soleil ne se couche jamais totalement sur la France », ainsi commence le forum annuel de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale dédié à la puissance de la France. Après une introduction évoquant les termes « puissance», « action » et « influence » dans un sens général, le forum s’ouvre sur diverses tables rondes mettant en valeur les enjeux auxquels la France doit faire face. Composé de deux parties – la première effectuant un état des lieux général sur la puissance de la France, la seconde développant une vision prospective de la capacité française à demeurer une puissance d’action et d’influence – le forum a permis d’explorer une grande partie des défis actuels.

Le rayonnement mondial de la France a premièrement été questionné, l’intervenante Christine Haget a ainsi souligné le potentiel des différents territoires français, notamment à travers ses nombreuses façades maritimes. Ce rayonnement français transparaît également grâce à la culture ainsi qu’aux nombreux Instituts français et centres de recherche à l’étranger. Dès lors, la France peut être perçue comme une puissance globale et facilitatrice. L’aspect économique a ensuite été abordé par le biais du franc CFA et des liens généraux avec l’Afrique. Cette forme d’influence est toutefois concurrencée par la puissance chinoise, ses nombreux investissements sur le continent africain et son projet de la nouvelle route de la soie.

Suite à cela, un point plus technique a été abordé : celui des moyens d’« assurer sa puissance par l’outil militaire ». Ici, trois atouts ont été décrits : la capacité de projection française à l’étranger (description des opérations Serval et Hamilton), l’option nucléaire, et la grande capacité de réaction de l’exécutif par le biais des différents articles de la Constitution.

Les débats se sont ensuite développés autour de la question de l’influence culturelle par la Francophonie et l’éducation. Si la langue française peut être considérée comme en perte de vitesse au profit de l’anglais, c’est surtout l’image de l’enseignement qui semble se détériorer, en témoignent les classements internationaux. Pour remédier à ces notes plutôt pessimistes, différentes propositions furent énoncées, parmi lesquelles : une éventuelle réforme de l’orthographe, la défense de toutes les langues, et l’apprentissage des langues étrangères. Le terme de « francopolyphonie » peut être préféré, pour évoquer la richesse de la francophonie au travers de ses différentes évolutions.

Après une plus courte intervention dédiée à l’influence diplomatique concernant la lutte contre le réchauffement climatique retraçant les engagements du « One planet summit » de 2017 et les investissements français à ce niveau, la modernisation de l’agriculture a été évoquée comme un autre outil de puissance possible, illustrant des problèmes parfois trop peu traités au niveau de l’influence française.

Le dernier sujet proposé à la réflexion faisait état de l’influence française dans le cyberespace. Il a été alors affirmé que le France doit se faire une place sur ce thème, enjeu majeur de notre décennie. Le « Cyber » doit être vu dans sa globalité, c’est-à-dire qu’il faut sensibiliser le plus de monde possible à ses risques et ses possibilités. Une idée intéressante concernant la promotion d’une convention de Montego Bay pour Internet a même été suggérée.Enfin, la volonté d’accroître la sensibilisation de l’éducation nationale a été envisagée, ce qui n’a pas manqué de faire réagir la salle, rappelant que de telles mesures étaient déjà mises en place.

Suite à cette journée riche en réflexions, la conclusion générale du forum démontrait que la notion de puissance tendait à se redéfinir,de ce fait, même si l’influence de la France n’a pas reculé tant qu’il n’y parait, de nouvelles épreuves telles que la problématique du cyberespace ou de l’environnement se présentent. La nécessité des interactions avec les autres pays a été confirmée, de même que l’impossibilité d’une autonomie totale aujourd’hui sur la scène internationale. Les acteurs présents ont alors fini par souligner la capacité du pays à toujours rebondir pour retrouver son rang mondial. En ce sens, la force principale de la France résiderait avant tout dans l’universalité de son discours.