« Le partenariat Europe-Afrique à l’épreuve des Objectifs du Développement Durable (ODD) » : Retour sur la conférence d’Ablassé Ouedraogo

Conférence organisée par la Faculté des Sciences économiques et de Gestion de l’Université de Strasbourg, le 21 novembre 2019.

Intervenants :

  • M. Ablassé Ouedraogo, directeur adjoint honoraire de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, négociateur des Accords de Partenariat Economique (APE) entre l’Union européenne (UE) et les Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP)
  • M. Francis Kern, professeur émérite de l’Université de Strasbourg, doyen honoraire de la Faculté, membre du comité éditorial de la revue Mondes en Développement et du Conseil scientifique de l’association Tiers Monde

 

Compte-rendu par Ludivine Cozette, Pauline Faye et Charlotte Rousseau (M2 NEI)

Dans le cadre d’une conférence sur le partenariat Europe-Afrique, M. Ouedraogo et M. Kern ont abordé le thème de la croissance économique africaine au prisme de l’aide européenne. Ils sont revenus dans un premier temps sur les accords commerciaux historiques entre l’UE et les Etats africains avant d’aborder quelques-uns des problèmes auxquels l’Afrique fait face aujourd’hui. Enfin, les deux intervenants ont passé en revue quelques propositions pour favoriser le développement socio-économique de l’Afrique.

Petit rappel historique

Les Accords de Yaoundé (1963) passés entre la Communauté Economique Européenne (CEE) et 18 États africains se structurent à partir de 1975 au sein des Conventions de Lomé qui régissent les relations entre la CEE et les Etats ACP. Les conventions de Lomé avaient pour particularité d’être des accords de non-réciprocité et octroyaient des avantages spécifiques aux pays ACP afin d’accéder au marché européen. Elles étaient fondées sur deux piliers :

  • le système de stabilisation des recettes d’exportation (Stabex)
  • le système de développement du potentiel minier (Sysmin)

Un changement s’opère à partir des années 1990. En 1992 le Traité de Maastricht fixe les objectifs d’une coopération pour le développement. En parallèle, à partir de 1994, pour respecter le libre-échange, les pays de l’UE ont dû repenser leur modèle d’aide au développement sur injonction de l’OMC.

Des négociations entre les communautés régionales africaines et l’UE sont entamées en 1996 et l’Accord de Cotonou est signé le 23 juin 2000. Un nouveau régime commercial sur 20 ans, fondé sur un libre-échange adapté aux pays ACP, est mis en place. Cette aide est également appliquée avec des APE : les préférences unilatérales accordées par l’UE deviennent réciproques dans un contexte de libre-échange. Le premier APE conclu est appliqué depuis mai 2012 entre l’UE, Maurice, Madagascar, les Seychelles et le Zimbabwe. Cependant, les pays n’ont pas une relation égalitaire par rapport à l’UE et les Pays les Moins Avancés (PMA) en particulier continuent de disposer de privilèges complets (tout sauf les armes).

L’Afrique, un continent oublié dans le commerce international

Aujourd’hui, la part du commerce africain dans le commerce mondial reste très faible (entre 1 et 2%) alors même que le continent compte 1,3 milliard de personnes et possède de nombreuses sources de matières premières. Quant au commerce entre les pays africains eux-mêmes, il reste peu développé (de l’ordre de 12% environ). Parmi les facteurs à l’origine du faible développement économique de l’Afrique, se trouve la faiblesse des systèmes de production nationaux, avec des capacités de production et donc d’exportation qui restent très limitées. De fait, depuis 1960, les exportations concernent majoritairement des matières premières, qui sont exportées à l’état brut sans être transformées en Afrique, et rares sont les pays africains à exporter des produits finis. La faible qualification de la main d’œuvre, le manque d’infrastructures et le coût élevé de l’électricité rendent plus avantageux d’importer des produits finis de l’étranger plutôt que de les produire sur le territoire national. Par conséquent, la faiblesse de ce modèle économique réside dans la différence de prix entre d’une part, des exportations peu rémunératrices parce que concernant des produits à faible valeur ajoutée, et d’autre part, des importations chères de produits transformés outre-mer. De plus, les économies africaines sont peu diversifiées et peu complémentaires entre elles parce que beaucoup sont spécialisées dans les mêmes productions de matières premières.

 Les défis du partenariat Europe-Afrique

Lors de son intervention, M. Ouedraogo est revenu sur les transformations que devait opérer l’Afrique pour pouvoir changer de modèle économique. Il a notamment évoqué le développement des infrastructures dans le domaine des transports sans lesquelles l’Afrique ne pourra pas développer son commerce intérieur. De plus, le coût de l’énergie et les barrières non tarifaires apparaissent comme des obstacles au développement africain. Enfin, M. Ouedraogo a insisté sur le fait que l’Afrique devait travailler sur la complémentarité de spécialisation entre les pays du continent. Cependant, l’Afrique attend de l’Europe une aide et un suivi pour que ces transformations voient le jour. Pour cela, des partenariats productifs qui tiennent compte du développement durable doivent être mis en place. Or, l’influence africaine et la capacité du continent à opérer de tels changements se trouvent limitées au sein de l’OMC, d’une part à cause du manque de moyens pour envoyer de grandes délégations aux différentes réunions, et d’autre part du fait du découpage de l’Afrique en cinq zones de négociations qui affaiblissent sa représentation en tant qu’unité régionale. Le système de l’OMC ne correspondant pas aux besoins africains, le secteur privé apparaît comme une solution pour lancer la mutation du système économique africain. Une vision défendue par le directeur adjoint de l’OMC qui promeut la création de co-entreprises africano-européennes. Ces entreprises permettraient  à l’Afrique de profiter d’un transfert de technologies européen pour transformer la matière première en produit fini, et à l’Europe de commercialiser les produits africains.

Retour sur la conférence de l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine : “UE/Afrique : relation inégalitaire ou en voie de renouvellement ?”

Par Louise Herbaut, étudiante du M2 NEI

C’est dans un cadre d’exception, au Parlement européen de Strasbourg, que s’est tenue mercredi 16 octobre une conférence-débat autour de la relation Europe-Afrique. Animée par l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine, qui a vu le jour en décembre dernier, la conférence soulevait la problématique suivante, UE/Afrique: relation inégalitaire ou en voie de renouvellement ? et se structurait autour de quatre grands axes de réflexion : le partenariat économique UE-Afrique, le mode de gouvernance de l’Union africaine, les politiques migratoires et les partenariats universitaires entre les deux continents.

Rassemblant à la fois des acteurs politiques, gouvernementaux, économiques et représentants de la société civile, la conférence s’est déroulée en deux temps. Trois invités étaient mis à l’honneur durant la première partie du débat afin d’exposer leurs points de vue sur les différents sujets. Il s’agissait de M. Serigne Ndiaye, Conseiller du Président de la Commission de l’Union africaine, de M. Patrice Anato, député français membre de la commission des Affaires économiques et de la commission des Affaires européennes et de M. Luis Martinez-Guillen, chef du bureau d’information du Parlement européen. Le débat fut ensuite ouvert dans un deuxième temps à l’ensemble des participants, membres du public.

Si les intervenants se sont accordés sur la nécessité d’accompagner ensemble la dynamique économique du continent africain, présenté comme le continent de demain, des divergences apparaissaient sur le rôle que l’Union européenne et plus largement les pays développés doivent jouer en Afrique. Ainsi l’aide publique au développement a été fortement critiquée par de nombreux intervenants, dont une ancienne employée de la Banque africaine de développement qui soulignait en contrepartie l’importance des fonds d’investissement pour répondre à des besoins plus spécifiques. Un des défis majeurs du continent africain sera ainsi de mieux faire correspondre les offres avec les demandes d’emploi, en ciblant davantage les besoins de chaque secteur d’activité afin d’éviter les fuites de cerveau. Le décalage entre les taux de croissance à deux chiffres de certains États africains et les taux extrêmement élevés de jeunes chômeurs fut à plusieurs reprises pointés du doigt. Plusieurs idées novatrices furent évoquées afin de permettre à la jeune Afrique de prendre en main son destin, telles que la création d’universités numériques, la mise en place de formations courtes spécifiques à certains secteurs d’activité etc.

Concernant la question de la gouvernance de l’Union africaine, nos trois invités s’accordaient à dire qu’il n’est pas possible de reproduire le modèle de l’Union européenne en Afrique, le continent africain n’ayant pas connu les mêmes expériences, la même culture. L’Union africaine se doit de puiser dans l’histoire même du continent africain afin de renforcer son ancrage, et non dans l’histoire de l’UE. Le point de départ pour renforcer l’Union africaine serait ainsi de mettre en place une élection démocratique directe du parlement et de rendre plus transparente la répartition du budget de l’UA. Un des défis plusieurs fois évoqué des États africains sera de bannir le « court-termisme » pour reprendre les termes de M. Ndiaye et de se projeter davantage vers des perspectives de développement à long terme.

En somme, l’Union européenne se doit d’accompagner la dynamique de développement de l’Afrique sur le long terme, mais il est nécessaire de repenser plusieurs aspects de la coopération à court terme, afin de collaborer sur les bases d’un équilibre plus sain. M. Anato a ainsi utilisé un terme original pour qualifier ce que devraient être les futures relations entre l’Europe et l’Afrique, à savoir une relation de « co-pétitivité », collaborer pour mieux affronter la compétitivité internationale. Espérons que cet avenir conjoint sera prospère. La suite au prochain épisode.

Conférence MIRA : Les volontariats internationaux

La première conférence de l’Association du master RI arrive !

Lucie Lombard, chargée de mission internationales Normandie-Nord-Est, viendra y parler des volontariats internationaux qui peuvent intéresser les étudiants du master (VIA, VIE, SVE…).

Rendez-vous le vendredi 20 septembre 2019, de 18h à 20h, amphi 216 (Espace Saint-Georges).

Venez nombreux !

Rentrée 2019 !

Le master RI fera sa rentrée le mardi 10 septembre 2019.

Rendez-vous Ensemble Saint-Georges (47 avenue de la Forêt Noire), amphi 324, à 9h pour la nouvelle promotion de M1 et les 3 parcours de M2. Après un mot d’accueil général, chaque formation se réunira séparément dans la matinée autour de ses responsables pédagogiques.

Retour sur le forum de l’IHEDN au Parlement européen : « La France, puissance d’action, puissance d’influence »

Le vendredi 9 novembre 2018, se tenait au Parlement européen le forum des études de l’Institut des Hautes Etudes pour la défense nationale. Le thème retenu cette année : « La France, puissance d’action, puissance d’influence ». Retour sur les débats, avec 4 étudiants du master 2.

Par Maxime Abou-Tara, François Brivot, Matthieu Caillaud et Bérangère Waille.

 

Conférence de rentrée de la mention Relations internationales

Pour ouvrir dignement cette nouvelle année universitaire, la mention Relations Internationales de Sciences Po Strasbourg a l’honneur et le plaisir  d’accueillir Mme Mireille Delmas-Marty, professeure émérite au Collège de France, jeudi 20 septembre 2018.

Mme Delmas-Marty donnera à 14h15, devant les étudiants de la mention, une conférence intitulée « Penser l’ordre juridique à l’heure de l’anthropocène« . Rendez-vous à l’ensemble Saint-Georges, amphi 324.

Admissions

Les candidatures au MASTER 1 Relations internationales et aux MASTER 2 MOND, FRONT et NEI se font entièrement en ligne, via le serveur e-candidat.

Les candidats doivent vérifier, avant de déposer leur dossier, qu’ils satisfont aux prérequis propres à chaque formation (M1 ou M2).

Calendrier :

MASTER 1 (capacité d’accueil : 50 places) :

  • ouverture du serveur du 22 avril au 15 mai 2019.
  • date de publication des résultats sur e-candidat : 21 juin 2019.
  • date limite de confirmation des admissions: 28 juin 2019.

Pour les trois MASTERS 2 et le Double Diplôme avec Louvain (capacité d’accueil : 25 places chacun) :

  • ouverture du serveur du 2 mai au 21 mai 2018.
  • date de publication des résultats sur e-candidat : 2 juillet 2019.
  • date limite de confirmation des admissions : 5 juillet 2019.