Retour sur la conférence inaugurale

Le jeudi 20 septembre 2018, la mention « Relations internationales » de Sciences Po Strasbourg a eu le plaisir de célébrer sa toute première conférence inaugurale. Cet événement fut marqué par la venue de la professeure honoraire du Collège de France, la juriste Mireille Delmas-Marty venue débattre sur le thème : Penser l’ordre juridique à l’heure de l’anthropocène.

Terme imaginé par l’écologiste Eugene Stoermer puis repris par le prix Nobel de chimie Paul Josef Crutzen, l’anthropocène serait l’ère géologique dans laquelle nous nous trouvons depuis le début de la révolution industrielle et qui serait caractérisée par l’impact majeur de l’activité humaine sur l’évolution de l’environnement.

La juriste française dresse d’abord le constat d’un ordre juridique en phase d’être dépassé, à la fois au niveau national et international. En effet cet ordre, construit par et pour la figure de l’État, semble aujourd’hui être  pris de cours par ce que Mme Delmas-Marty appelle une « recomposition de l’espace » et une « recomposition dans le temps ». Les frontières étatiques sont franchies sans distinction par des phénomènes naturels et humains devenus globaux avec parfois des impacts à long terme, tandis que le droit est essentiellement limité à la juridiction de l’État et très souvent restreint à des problématiques de court ou de moyen terme. Afin de pallier ce manque d’efficacité de notre droit, M. Delmas-Marty propose une « dynamisation » de notre système juridique, prenant l’exemple de l’interprétation dite « dynamique » de la convention européenne des droits de l’homme par les juges de la cour européenne de Strasbourg.

L’autre constat de Mme Delmas-Marty est la nécessité de redéfinir notre boussole commune. En effet selon elle chaque État dit toujours choisir entre les impératifs de liberté ou de sécurité et de compétition ou de coopération. En choisissant entre chacune de ces alternatives, l’État choisit sa propre voie, indépendamment des autres. Toutefois, l’émergence de problématiques globales a poussé les États à y répondre de manière transnationale et à mettre sur pied une « gouvernance mondiale » aujourd’hui encore très incomplète. L’universitaire nous alerte en affirmant qu’une telle gouvernance ne devrait pas conduire à imposer l’une de ses voies au monde entier, ce qui aurait pour conséquence renoncer au principe d’équilibre. C’est également là que le droit doit jouer son rôle, c’est-à-dire remplir sa fonction de pondération et de bornage pour permettre d’insuffler une dynamique globale.

Enfin l’oratrice est revenue sur le thème de la gouvernance mondiale. Inévitable selon elle, cette gouvernance doit cependant se plier à certains impératifs. D’abord admettre l’interdépendance existant de factoentre chaque État puisqu’aucun État n’est à l’abri des phénomènes climatiques et qu’aucun ne peut prétendre les résoudre seul, malgré tout en maintenant l’indépendance juridique régissant leurs rapports. En effet la gouvernance mondiale doit admettre l’existence de différences entre chaque pays, la mondialisation ne devant pas être synonyme d’uniformisation, y compris sur un plan juridique. La mondialité, comme la juriste aime l’appeler, doit embrasser la diversité et ne jamais la contrer. Puis la dernière exigence rappelée est celle de la solidarité, incontournable si les États entendent véritablement prévenir ou résoudre les menaces qui nous font face.

Les propositions de Mireille Delmas-Marty sont, certes, parfois assez conceptuelles, mais elles ont le mérite de proposer des débuts de réponses aux problématiques actuelles ainsi qu’une grille de lecture permettant de mieux comprendre l’orientation des politiques nationales. C’est donc sous l’augure d’une conférence, d’une universitaire et d’un sujet encrés dans la réalité des problèmes globaux que notre mention « Relations internationales » célèbre sa première rentrée.

Rémy Wagenheim (Master 2 RI)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.