Conférence de Michaël Neuman, directeur d’études au CRASH

Le 12 mars dernier, MIRA  a eu la chance d’accueillir Mickaël Neuman, chercheur du CRASH (Centre de Réflexion sur l’Action et les Savoirs Humanitaires) de Médecins sans frontières. Lors de cette conférence, il est venu nous parler de sa formation, de sa profession mais également d’une thématique bien actuelle, celle de l’immigration.

  • Formation et carrière

Michael Neuman a suivi une formation assez généraliste en premier lieu avec une licence et une maîtrise en histoire contemporaine, il est également titulaire d’un magistère en relations internationales à l’Université Paris-I. 

Par la suite, il a souhaité entrer chez Médecins sans frontières (MSF), une ONG avec une mission principalement médicale mais qui néanmoins regroupe de nombreux domaines. Avoir une formation en relations internationales n’est pas un frein pour y travailler, les travaux y sont même intéressants à réaliser sur le terrain. Nous pouvons donner ici son exemple propre, M. Neuman est entré à MSF notamment car il avait des connaissances de russe et qu’il avait réalisé un mémoire sur la Bulgarie, un pays des Balkans, profil qui était à ce moment là recherché chez MSF. Ainsi, il a été recruté et envoyé au Kosovo afin de collecter des témoignages sur la guerre là-bas. Durant une dizaine d’années, il a été sur le terrain, il est ensuite revenu dans les bureaux de Paris. Aujourd’hui, il est directeur d’études au sein du CRASH, le centre de recherches et de réflexion de MSF. L’objectif de cette structure est de contribuer à la conception critique de MSF. Le CRASH remplit des missions de conseil, de recherche, d’information ainsi que de diffusion des actions de MSF. Son but est également de réfléchir aux actions de MSF et de voir comment améliorer certaines pratiques. C’est assez inédit dans une ONG, car selon M. Neuman, c’est la seule ONG dans le monde à avoir un bureau de recherche et de critique sur l’ONG en propre. De même, il s’agit de réflexion, cela peut se rapprocher de la recherche, ils sont encadrés par des chercheurs bénévoles et leur choix de sujet est totalement autonome, la direction de MSF n’intervient pas là-dessus. Le CRASH est composé de 7 personnes qui ont une expérience du terrain et qui sont intéressées par les sciences sociales en général. Par la suite, M. Neuman a été invité à nous faire part de ce qu’était une journée type en tant que directeur d’études. Il nous a expliqué que c’était un programme assez varié entre réunions, rendez-vous, réalisation des notes pour le conseil, mais aussi des visites sur le terrain, il venait juste de revenir de deux semaines en Libye pour voir comment se passaient les activités là-bas. De plus, des formations sont réalisées par le CRASH ainsi que des études de cas.

  • La question de l’immigration

Par la suite, M. Neuman a répondu à plusieurs questions sur le sujet de l’immigration ainsi que de la gestion de cette crise par une ONG.

Dans un premier temps a été diffusée la vidéo d’un micro-trottoir réalisée par l’équipe du pôle conférences de MIRA, qui est allé interroger les Strasbourgeois sur leur perception de l’immigration. Nous y avons eu des réponses diverses, très riches, et il a été par la suite demandé à M. Neuman de réagir à cette vidéo. D’abord, il a tenu à rappeler que la crise de 2015  a été appelée « crise migratoire » or cette crise est détachée de l’immigration en général. L’immigration regroupe également les personnes changeant volontairement de pays et qui peuvent y retourner si elles le souhaitent. Ici, nous avons plutôt eu affaire à d’importants flux de personnes, et ce depuis 2011. Il existe une externalisation de la politique de blocage, les migrants, les réfugiés arrivent aux frontières en masse et s’y retrouvent bloqués. En 2015, nous avons eu un intérêt pour ces personnes en mouvement, pour les images montrant des milliers de gens qui se déplacent. En tout dans le monde, 260 millions de personnes se déplacent. Les réfugiés il faut les accueillir, a précisé M. Neumann, cela répond à la Convention de Genève, il existe un statut différent pour les migrants et les réfugiés.

Par la suite, une question a été posée par l’un des deux modérateurs sur le rôle de MSF en tant qu’ONG dans cette crise. Selon M. Neuman, le rôle de MSF est de protéger les plus vulnérables, le but de MSF est de les cibler et de les aider. Les politiques publiques sont défavorables à ces personnes arrivant en Grèce et en Libye qui sont réparties dans des camps où parfois il n’y a pas assez de place comme sur l’île de Lesbos. De même, en Libye il arrive que les personnes restent plusieurs années dans les camps sans savoir ce qu’il va leur arriver. L’UE soutient ces politiques qui ont pour objectif de limiter les arrivées. Ainsi, MSF va essayer de bloquer les manques sur place avec des suivis psychologiques, des vaccinations, va aller dans les prisons, dans les centres de détention libyens. Ils font également intervenir des juristes et des assistants sociaux, et aident les jeunes à réintégrer le droit commun comme dans leurs structures d’accueil à Saint-Denis.

Une autre question évoquée est l’écho de la crise migratoire dans l’opinion publique. M. Neumann a ainsi répondu en affirmant que MSF participait aux consultations publiques, effectue un travail de plaidoyer afin de se faire entendre. Des consultations opérationnelles sont réalisées par les autorités publiques afin de connaître la situation, par les personnes qui sont sur le terrain, et ainsi améliorer la situation. Parfois, il peut y avoir des affrontements plus directs lorsque MSF est en désaccord.

Il existe également une bataille pour l’opinion publique. Cette dernière peut être contre l’arrivée de ces personnes de zones en difficultés, or cela ne simplifie pas la situation. Près de 20% de la population est xénophobe. Il est vrai que les tensions vis-à-vis de l’arrivée d’étrangers ne sont pas nouvelles, il a été rappelé la situation lorsque les Italiens sont venus en France au début du XXème siècle. L’accueil réservé n’était pas réellement positif avec des affrontements et règlements de compte. De plus, M. Neuman regrette que les Européens laissent perdurer de telles situations en Grèce ou bien encore à Calais avec des images négatives et cela s’exprime par la suite par le ras le bol des Français de voir de telles situations de pauvreté.

Enfin a été évoqué le sujet de la situation avec la Turquie qui venait de rompre, début mars, l’accord entretenu avec l’UE sur le fait de garder la frontière avec l’Europe fermée. Cet accord a été trouvé en 2016 en contre partie d’importantes sommes d’argent mais aussi de réexaminer la demande d’adhésion de la Turquie. L’UE voulait faire jouer le rôle de gardes frontières à ses voisins et verrouille ainsi le territoire européen. La gestion par l’UE selon M. Neuman consiste à dissuader à tout prix les personnes de venir sur le territoire européen. Il en sort de cela beaucoup de souffrance. Cette politique de dissuasion est très coûteuse et ce au nom de la question sécuritaire.

Par la suite, la parole a été donnée au public avec d’abord une question sur la reconnaissance des ONG par le droit international et au sein de la scène internationale. Selon M. Neumann, les ONG sont de réels acteurs des relations internationales et sont bel et bien reconnues. De même, il y a eu une question sur le système de Dublin, la réponse de M. Neuman a été que ce système est une réelle catastrophe, qu’il ne fonctionne pas, qu’il y a un réel besoin de le réformer en institutionnalisant des mécanismes de solidarité entre les Etats membres, que ces derniers ne pourraient rejeter.

Haude Blanc


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.