« Le partenariat Europe-Afrique à l’épreuve des Objectifs du Développement Durable (ODD) » : Retour sur la conférence d’Ablassé Ouedraogo

Conférence organisée par la Faculté des Sciences économiques et de Gestion de l’Université de Strasbourg, le 21 novembre 2019.

Intervenants :

  • M. Ablassé Ouedraogo, directeur adjoint honoraire de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, négociateur des Accords de Partenariat Economique (APE) entre l’Union européenne (UE) et les Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP)
  • M. Francis Kern, professeur émérite de l’Université de Strasbourg, doyen honoraire de la Faculté, membre du comité éditorial de la revue Mondes en Développement et du Conseil scientifique de l’association Tiers Monde

 

Compte-rendu par Ludivine Cozette, Pauline Faye et Charlotte Rousseau (M2 NEI)

Dans le cadre d’une conférence sur le partenariat Europe-Afrique, M. Ouedraogo et M. Kern ont abordé le thème de la croissance économique africaine au prisme de l’aide européenne. Ils sont revenus dans un premier temps sur les accords commerciaux historiques entre l’UE et les Etats africains avant d’aborder quelques-uns des problèmes auxquels l’Afrique fait face aujourd’hui. Enfin, les deux intervenants ont passé en revue quelques propositions pour favoriser le développement socio-économique de l’Afrique.

Petit rappel historique

Les Accords de Yaoundé (1963) passés entre la Communauté Economique Européenne (CEE) et 18 États africains se structurent à partir de 1975 au sein des Conventions de Lomé qui régissent les relations entre la CEE et les Etats ACP. Les conventions de Lomé avaient pour particularité d’être des accords de non-réciprocité et octroyaient des avantages spécifiques aux pays ACP afin d’accéder au marché européen. Elles étaient fondées sur deux piliers :

  • le système de stabilisation des recettes d’exportation (Stabex)
  • le système de développement du potentiel minier (Sysmin)

Un changement s’opère à partir des années 1990. En 1992 le Traité de Maastricht fixe les objectifs d’une coopération pour le développement. En parallèle, à partir de 1994, pour respecter le libre-échange, les pays de l’UE ont dû repenser leur modèle d’aide au développement sur injonction de l’OMC.

Des négociations entre les communautés régionales africaines et l’UE sont entamées en 1996 et l’Accord de Cotonou est signé le 23 juin 2000. Un nouveau régime commercial sur 20 ans, fondé sur un libre-échange adapté aux pays ACP, est mis en place. Cette aide est également appliquée avec des APE : les préférences unilatérales accordées par l’UE deviennent réciproques dans un contexte de libre-échange. Le premier APE conclu est appliqué depuis mai 2012 entre l’UE, Maurice, Madagascar, les Seychelles et le Zimbabwe. Cependant, les pays n’ont pas une relation égalitaire par rapport à l’UE et les Pays les Moins Avancés (PMA) en particulier continuent de disposer de privilèges complets (tout sauf les armes).

L’Afrique, un continent oublié dans le commerce international

Aujourd’hui, la part du commerce africain dans le commerce mondial reste très faible (entre 1 et 2%) alors même que le continent compte 1,3 milliard de personnes et possède de nombreuses sources de matières premières. Quant au commerce entre les pays africains eux-mêmes, il reste peu développé (de l’ordre de 12% environ). Parmi les facteurs à l’origine du faible développement économique de l’Afrique, se trouve la faiblesse des systèmes de production nationaux, avec des capacités de production et donc d’exportation qui restent très limitées. De fait, depuis 1960, les exportations concernent majoritairement des matières premières, qui sont exportées à l’état brut sans être transformées en Afrique, et rares sont les pays africains à exporter des produits finis. La faible qualification de la main d’œuvre, le manque d’infrastructures et le coût élevé de l’électricité rendent plus avantageux d’importer des produits finis de l’étranger plutôt que de les produire sur le territoire national. Par conséquent, la faiblesse de ce modèle économique réside dans la différence de prix entre d’une part, des exportations peu rémunératrices parce que concernant des produits à faible valeur ajoutée, et d’autre part, des importations chères de produits transformés outre-mer. De plus, les économies africaines sont peu diversifiées et peu complémentaires entre elles parce que beaucoup sont spécialisées dans les mêmes productions de matières premières.

 Les défis du partenariat Europe-Afrique

Lors de son intervention, M. Ouedraogo est revenu sur les transformations que devait opérer l’Afrique pour pouvoir changer de modèle économique. Il a notamment évoqué le développement des infrastructures dans le domaine des transports sans lesquelles l’Afrique ne pourra pas développer son commerce intérieur. De plus, le coût de l’énergie et les barrières non tarifaires apparaissent comme des obstacles au développement africain. Enfin, M. Ouedraogo a insisté sur le fait que l’Afrique devait travailler sur la complémentarité de spécialisation entre les pays du continent. Cependant, l’Afrique attend de l’Europe une aide et un suivi pour que ces transformations voient le jour. Pour cela, des partenariats productifs qui tiennent compte du développement durable doivent être mis en place. Or, l’influence africaine et la capacité du continent à opérer de tels changements se trouvent limitées au sein de l’OMC, d’une part à cause du manque de moyens pour envoyer de grandes délégations aux différentes réunions, et d’autre part du fait du découpage de l’Afrique en cinq zones de négociations qui affaiblissent sa représentation en tant qu’unité régionale. Le système de l’OMC ne correspondant pas aux besoins africains, le secteur privé apparaît comme une solution pour lancer la mutation du système économique africain. Une vision défendue par le directeur adjoint de l’OMC qui promeut la création de co-entreprises africano-européennes. Ces entreprises permettraient  à l’Afrique de profiter d’un transfert de technologies européen pour transformer la matière première en produit fini, et à l’Europe de commercialiser les produits africains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.