Retour sur la conférence MIRA de Pierre-Olivier Monteil 17.10.2019

Le 17 octobre, MIRA accueillait Pierre-Olivier Monteil, consultant en sécurité, pour une conférence portant sur les métiers de la sécurité et le marché de la sûreté. 

Après 21 ans dans la Marine, Pierre-Olivier MONTEIL décide de se reconvertir dans le domaine de la sécurité privée, où il a travaillé pour des entreprises telles qu’ENGIE, ALSTOM, MONDI GROUP, Amarante International ou GEOS. Actuellement, Pierre-Olivier MONTEIL exerce en tant que consultant en sécurité auprès de diverses entreprises.

Les métiers de la défense

La première partie de la conférence fut consacrée aux métiers rattachés au Ministère des Armées. Les composantes du Commandement des Opérations Spéciales, de l’armée conventionnelle et des services spéciaux furent présentées. Pour ce qui est du COS, il est placé sous l’autorité du chef d’Etat-Major des armées et sous l’autorité directe du Président de la République française et il rassemble l’ensemble des forces spéciales des différentes armées françaises, à savoir le 1er RPIMA (Armée de Terre), le CPA 10 et le 13ème RPD (Armée de l’Air), les Commandos Marine (Marine Nationale) ainsi que, occasionnellement, le GIGN. L’armée conventionnelle comprend quant à elle la DRM, la DRSD et, plus généralement, différents corps de l’Armée de l’Air, de l’Armée de Terre et de la Marine Nationale. Enfin, les services spéciaux renvoient à la DGSE et à la Direction des Opérations.

Des métiers périphériques amènent également à travailler dans le secteur de la défense. Sont concernées l’industrie de la défense, les start-up spécialisées dans les drones, le hacking ou encore la chimie, les ONG, l’aviation privée ou encore la réserve opérationnelle. Ces organismes sont en effet souvent sollicités par le secteur de la défense.

La sécurité privée

La deuxième partie de la conférence fut ensuite centrée sur la sécurité privée. Le secteur de la sécurité privé est en plein essor et il existe une myriade d’entreprises sur le marché de la sécurité. Ces entreprises de sécurité privée comprennent divers métiers et experts. Parmi les principaux métiers, on trouve :

  • Les experts sûreté réalisent des audits de sûreté, aident et assistent les clients dans le cadre d’une crise annoncée ou avérée, construisent des plans de sûreté, des procédures et des plans d’évacuation et leur apportent une connaissance des aspects socioéconomiques, culturels et humains du milieu. 
  • Les experts en sureté portuaire, sécurité maritime et contre-piraterie analysent les risques et évaluent le danger que représente un déplacement de bâtiment marchand en zone de piraterie ou encore analysent le risque qui existe au sein d’un port en termes de sécurité et de terrorisme. 
  • Des ingénieurs font également partie de ces entreprises de sécurité privée et ont pour mission de concevoir des bâtiments afin que ceux-ci soient les plus résistants possibles. 
  • Les analystes apportent un soutien géopolitique aux agents en mission depuis les bureaux de l’entreprise. Chaque analyste s’occupe d’une aire géographique. D’après Pierre-Olivier MONTEIL, c’est le métier qui correspond le mieux à un profil de type étudiant en Relations Internationales à Sciences Po. Pour preuve, Amarante a un pôle analyste dirigé par une ancienne étudiante de Sciences Po Paris.

Les clients de la sécurité privée proviennent à la fois du secteur privé et du secteur institutionnel. Le recours à une entreprise de sécurité privée étant une opération onéreuse, les grandes entreprises sont les clients les plus importants. Les entreprises de sécurité privée sont souvent sollicitées pour des projets « oil and gas » en raison de l’importance de l’enjeu, ces ressources étant très convoitées, et de l’impératif de continuité du business. Enfin, bien que cela soit plus rare, des ONG telles que le Comité International de la Croix-Rouge font également appel à ce type d’entreprises.

Les missions des entreprises de sécurité privée sont orientées par les besoins des clients, l’impératif de continuité de l’activité et le « Duty of care » c’est-à-dire l’obligation pour les dirigeants d’entreprises ou d’institutions de veiller à la sécurité de leurs employés en toutes circonstances. L’objectif est donc triple ; former, informer et accompagner le client. 

  • Formation : La formation des collaborateurs en déplacement est une obligation pour l’employeur. Pour évoluer dans des zones inconnues, la familiarisation avec les codes culturels locaux est une nécessité. Cela va passer notamment par une formation géo-spécifique, une formation aux comportements de sûreté, une formation « kidnap & ransom » ou encore une formation en profilage et analyse de comportement.
  • Information : Les clients doivent avoir un suivi de situation du milieu. Des newsletters, fiches-pays, alertes en temps réel, partages d’analyses vont être mis en places à destination du client. 
  • Accompagnement : Il va s’agir de protéger le client en cas de danger. Des security managers, gardes du corps et experts vont être mis à la disposition du client sur le site et à distance.

En somme, l’objectif des personnels de la sécurité privée, c’est d’assurer la protection des biens et des personnes, de préserver les technologies et l’information des entreprises et de protéger dans la durée les investissements et le patrimoine de leurs clients.

Pauline GUERECHEAU-DESVIGNES


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.