Retour sur la conférence de l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine : “UE/Afrique : relation inégalitaire ou en voie de renouvellement ?”

Par Louise Herbaut, étudiante du M2 NEI

C’est dans un cadre d’exception, au Parlement européen de Strasbourg, que s’est tenue mercredi 16 octobre une conférence-débat autour de la relation Europe-Afrique. Animée par l’Organisation des Jeunes pour l’Union européenne et africaine, qui a vu le jour en décembre dernier, la conférence soulevait la problématique suivante, UE/Afrique: relation inégalitaire ou en voie de renouvellement ? et se structurait autour de quatre grands axes de réflexion : le partenariat économique UE-Afrique, le mode de gouvernance de l’Union africaine, les politiques migratoires et les partenariats universitaires entre les deux continents.

Rassemblant à la fois des acteurs politiques, gouvernementaux, économiques et représentants de la société civile, la conférence s’est déroulée en deux temps. Trois invités étaient mis à l’honneur durant la première partie du débat afin d’exposer leurs points de vue sur les différents sujets. Il s’agissait de M. Serigne Ndiaye, Conseiller du Président de la Commission de l’Union africaine, de M. Patrice Anato, député français membre de la commission des Affaires économiques et de la commission des Affaires européennes et de M. Luis Martinez-Guillen, chef du bureau d’information du Parlement européen. Le débat fut ensuite ouvert dans un deuxième temps à l’ensemble des participants, membres du public.

Si les intervenants se sont accordés sur la nécessité d’accompagner ensemble la dynamique économique du continent africain, présenté comme le continent de demain, des divergences apparaissaient sur le rôle que l’Union européenne et plus largement les pays développés doivent jouer en Afrique. Ainsi l’aide publique au développement a été fortement critiquée par de nombreux intervenants, dont une ancienne employée de la Banque africaine de développement qui soulignait en contrepartie l’importance des fonds d’investissement pour répondre à des besoins plus spécifiques. Un des défis majeurs du continent africain sera ainsi de mieux faire correspondre les offres avec les demandes d’emploi, en ciblant davantage les besoins de chaque secteur d’activité afin d’éviter les fuites de cerveau. Le décalage entre les taux de croissance à deux chiffres de certains États africains et les taux extrêmement élevés de jeunes chômeurs fut à plusieurs reprises pointés du doigt. Plusieurs idées novatrices furent évoquées afin de permettre à la jeune Afrique de prendre en main son destin, telles que la création d’universités numériques, la mise en place de formations courtes spécifiques à certains secteurs d’activité etc.

Concernant la question de la gouvernance de l’Union africaine, nos trois invités s’accordaient à dire qu’il n’est pas possible de reproduire le modèle de l’Union européenne en Afrique, le continent africain n’ayant pas connu les mêmes expériences, la même culture. L’Union africaine se doit de puiser dans l’histoire même du continent africain afin de renforcer son ancrage, et non dans l’histoire de l’UE. Le point de départ pour renforcer l’Union africaine serait ainsi de mettre en place une élection démocratique directe du parlement et de rendre plus transparente la répartition du budget de l’UA. Un des défis plusieurs fois évoqué des États africains sera de bannir le « court-termisme » pour reprendre les termes de M. Ndiaye et de se projeter davantage vers des perspectives de développement à long terme.

En somme, l’Union européenne se doit d’accompagner la dynamique de développement de l’Afrique sur le long terme, mais il est nécessaire de repenser plusieurs aspects de la coopération à court terme, afin de collaborer sur les bases d’un équilibre plus sain. M. Anato a ainsi utilisé un terme original pour qualifier ce que devraient être les futures relations entre l’Europe et l’Afrique, à savoir une relation de « co-pétitivité », collaborer pour mieux affronter la compétitivité internationale. Espérons que cet avenir conjoint sera prospère. La suite au prochain épisode.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.